Santé publique : une négociation trop partielle !

Le Ségur de la santé s’est concentré sur l’hôpital et les revalorisations salariales de ses personnels.

Qu’attendre d’une négociation dont la CFTC et sa fédération santé-sociaux ont été très vite mise à l’écart, comme d’autres organisations non représentatives dans les instances de l’hôpital public ? Rien de bon !

En effet, dès lors où seules les organisations représentatives dans la fonction publique hospitalière avaient accès à la table des discussions, seules les préoccupations de l’hôpital public ont été prises en compte.

Le Ségur de la santé s’annonce déjà comme une épine dans le pied du gouvernement, que ce soit celui d’aujourd’hui ou de demain : sur le fond du dossier rien n’est réglé. Un dossier qui a pour périmètre l’ensemble de la santé publique et de ceux qui y contribuent : des auxiliaires de vie à l’hôpital public en passant par la médecine de ville, les EHPAD, les hôpitaux publics, privés lucratifs et non lucratifs …

En conclusion, la CFTC en Hauts-de-France considère qu’en matière de santé, tout reste à régler dès lors que tous les aspects du dossier n’ont pas été traités.

Lille, le 13 juillet 2020, Alain Melcus, président de l’Union Régionale CFTC HDF

Voir également :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.