“France Relance” en Hauts-de-France … pour garder foi en l’avenir.

Présenté le 3 septembre 2020 au niveau national, sa déclinaison pour les Hauts-de-France a été faite vendredi 13 novembre 2020, par le Préfet de Région.

France Relance est :

  • un dispositif financé, par l’emprunt, à hauteur de 40 milliards par l’EUROPE et 60 milliards par l’ETAT FRANCAIS,
  • une action de lutte contre le chômage par la relance de l’activité économique et la transformation de notre système productif en investissant dans les secteurs générateurs d’activité et de création d’emplois. 

Ses objectifs sont :

  • accélérer la transition écologique du système productif et la rénovation énergétique des bâtiments,
  • accroître la résilience de l’économie,
  • renforcer la souveraineté nationale sur des approvisionnements stratégiques,
  • investir dans l’humain et dans les compétences,
  • amplifier la cohésion sociale et territoriale

L’affectation des crédits en région :

La préfecture de Région s’est engagée à informer le plus largement sur la nature des actions menées dans le cadre de “France Relance”, et à permettre de les situer dans le territoires.

Le lien ci-contre contribue à cette transparence : https://cdonline.articque.com/share/display/dsil-relance

En savoir +

Lors de la présentation du plan en région, le 13 novembre 2020, la CFTC a souligné auprès du Préfet de Région :

  • la nécessité d’une information “grand public” sur le “plan de relance” afin de soutenir la reprise par la consommation,
  • l’urgence d’achever le déploiement du numérique en tous points du territoire régional (ruraux comme urbains),
  • la nécessité d’accompagner les habitants pour l’appropriation des usages numériques …

L’avis de la CFTC en Hauts-de-France

La déclinaison régionale de “France Relance” apparait privilégier les mesures aux effets rapides sur l’emploi (chantiers liés à la transition énergétique notamment). C’est une bonne chose pour limiter le chômage, mais ce ne sera pas suffisant dans la durée.

Heureusement, pourrait-on dire, France Relance n’est pas le seul dispositif, plusieurs autres se mettent en place, notamment :

  • l’accès au premier emploi pour les jeunes ;
  • la mobilité sur les métiers (formations pour changer d’emplois) ;
  • le soutien aux activités nouvelles, aux métiers émergents qui feront l’emploi de demain
  • les actions, présentées sous diverses formes, des collectivités territoriales : Conseil régional, Conseils départementaux, Communautés de communes et d’agglomérations …

La CFTC jugerait pertinent que chaque acteur public renseigne, avec les actions qu’il crée, la cartographie dynamique ouverte par la Préfecture de Région.

Les différents niveaux décisionnaires de nos politiques doivent répondre à l’exigence grandissante de transparence pour la compréhension des dispositifs mis en place. Il s’agit de permettre à chacun de s’en saisir de façon responsable et d’assumer sa part d’engagement citoyen face à la crise qui nous fait face.

Aujourd’hui, nous sommes tous conscients que notre société vit une rupture. Notamment, les métiers, les conditions d’emplois évoluent et continueront d’évoluer très vite. Certains regretteront “le temps d’avant“ avec un risque fort de se mettre en ”panne d’avenir”.

La CFTC Hauts-de-France, pour sa part, invite à se saisir des réalités, à se former pour rester ou accéder à l’emploi. La compétence professionnelle, et la capacité de chacun à la faire évoluer, a toujours été la clé de l’employabilité et de notre capacité à construire un avenir à nos enfants.

Le point de vue d’Yves-Michel Bontinck, mandaté par la CFTC Hauts-de-France, pour la formation professionnelle

Plan de Relance “France Relance” et formation aux nouvelles compétences …

Le 3 septembre, le premier Ministre – Jean Castex – présentait un plan dénommé « France Relance ». Il plaçait l’emploi et le développement des compétences au cœur de ses priorités afin de répondre à deux enjeux :

  • Accompagner vers l’emploi les jeunes, salariés fragilisés par la crise et les demandeurs d’emploi
  • Garantir aux entreprises les compétences dont elles ont besoin

France Relance n’accorde que 1% de ses fonds au volet « compétences ». Cet investissement apparait dérisoire s’il n’est pas rattaché au “Pacte Régional d’investissement dans les compétences 2019 – 2022” signé entre l’Etat et la Région Hauts-de-France en 2019. Il est d’un montant de 1,5 milliard d’euros sur 4 ans, à part quasi égale entre la Région Hauts-de-France et l’Etat.

Au regard de la situation catastrophique de l’économie et du marché du travail, la demande de formation visant une transition professionnelle est appelée à se développer considérablement. Et ce d’autant plus si l’on considère que les métiers « stratégiques » à la relance économique que sont le numérique, la transition écologique, les secteurs de l’industrie concernés par des projets de relocalisation, … sont autant de secteurs qui nécessitent de nouvelles compétences.

“Compétences”, de quoi parle-t-on ? … d’un ensemble de capacités professionnelles nécessaires pour exercer les activités de travail, de manière efficace, dans les différentes situations de l’emploi et aux niveaux exigés par le monde du travail. En plus des connaissances techniques professionnelles qui font références au savoir / savoir-faire, elles regroupent un ensemble de capacités ou attitudes du comportement (savoir-être), considérées comme nécessaires pour le bon déroulement et l’amélioration de la production.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.