CFTC à MCA Maubeuge, le combat des salariés pour leur bassin de vie

Contexte

Renault, 180.000 salariés, est dans le rouge. Il compte supprimer 4600 emplois en France, sur un total de 15 000 au niveau mondial. Son objectif, économiser 2 milliards d’euros sur 3 ans.

Le projet est annoncé “sans licenciement sec” via des départs volontaires, des départs à la retraite non remplacés et des mesures de mobilité interne ou de reconversion.

Sur les 4 sites menacés en France, un est en Hauts-de-France, à Maubeuge (Nord). Celui de Dieppe, en Seine Maritime, impacte également le sud-ouest de la région Hauts-de-France.

MCA Maubeuge et la Sambre – Avesnois en danger !

Les informations distillées par le groupe Renault sont parcellaires et laissent la porte ouverte aux supputations.

La fusion des sites Renault de Douai et Maubeuge serait envisagée pour créer un centre d’excellence des véhicules électriques et utilitaires légers.

La production des utilitaires électriques Kangoo, jusque-là réalisée par MCA à Maubeuge serait transférée à Douai qui héritera d’une nouvelle plateforme. Choix qui surprend si on considère que l’usine la plus performante du groupe avec un investissement de 450 millions d’euros prévu sur cinq ans et 500 embauches sur les trois dernières années.

Cette délocalisation inquiète surtout pour l’avenir des 1800 salariés du site de Maubeuge et de ses 600 intérimaires.

Renault tente d’apaiser la colère des salariés et des élus locaux de Sambre – Avesnois en affirmant que ce n’est qu’un projet. Le groupe affirme aussi que le Nord est vu à terme comme étant un des grands centres de l’industrie automobile en France tout en appelant à une discussion ouverte avec tout le monde.

Yannick Charlesège, délégué CFTC de MCA Maubeuge :

« Si l’entreprise quitte Maubeuge, c’est tout Sambre – Avesnois qui est sinistré ! Il est inadmissible qu’un groupe comme Renault ait un tel, projet sans avoir informé et consulté les délégués et élus locaux avant de laisser fuiter l’info ! »

La CFTC met toutes ses forces dans ce combat qui s’annonce

Cette procédure d’information-consultation des représentants du personnel doit commencer à la mi-juin. Un peu tard pour rassurer ! Le mal est fait, un rapport de force par la grève de 100% du personnel dès fin Mai démontre que salariés et syndicats voient dans cette situation la menace d’une fermeture du site MCA Maubeuge.

Yannick Charlesège, délégué CFTC de MCA Maubeuge :

« Aujourd’hui, il n’y a pas un véhicule qui sort, tout le monde est en grève, y compris les ingénieurs, l’encadrement, les chefs d’équipe car si ça ferme, c’est le chaos social avec 15.000 personnes touchées dans le bassin de vie ! »

Mardi 2 juin, une réunion au ministère de l’Economie, entre les syndicats, les élus locaux, le président de Renault et le ministre de l’Economie tentera d’identifier ce qui permettra de concilier le développement, la préservation des sites et la compétitivité de Renault ….

Yannick Charlesège, délégué CFTC de MCA Maubeuge :

« La CFTC, comme les autres syndicats, est à fond dans le dossier. Mais Renault devra répondre à de nombreuses interrogations sur sa stratégie et sa volonté de sortir par le haut de cette crise sociale qu’il crée : quel site d’assemblage ou d’emboutissage privilégier, comment passer à l’électrique ou à l’hybride, quelles productions relocaliser ? … La CFTC participera aux futures discussions pour dégager une solution optimale sans opposer les salariés des sites de Maubeuge et de Douai qui poursuivent le même combat. Pour autant, ces discussions ne lèveront pas le doute sur la casse sociale qui arrive. La seule issue acceptable pour la CFTC de MCA est que l’entreprise continue à exister !  Le bassin Sambre-Avesnois c’est aujourd’hui 21 % des gens sous le seuil de pauvreté et 30 % à Maubeuge même. Vous voyez le chaos social si on ferme ? c’est bien une question de vie ou de mort ! »

Contact : Yannick Charlesge 06 43 43 32 61 yannick.charlesege@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.