La réforme des retraites victime des manœuvres politiciennes !

La CFTC prend acte de la décision du gouvernement de recourir au 49.3 afin d’adopter son projet de réforme des retraites.

La CFTC regrette ce procédé qui prive nos concitoyens d’un débat digne de l’enjeu.

La CFTC regrette tout aussi ferment que cette situation ait été crée par les dizaines de milliers d’amendements inutiles déposés par l’opposition d ‘extrême gauche pour que le débat devienne impossible.

La CFTC poursuivra pour sa part son travail d’analyse et de proposition

Les occasions d’enrichir le texte dans le sens d’une plus grande équité ne manqueront pas. Ces occasions passent par le Sénat à qui il revient maintenant d’étudier la dernière version du texte. Elles passent également par la conférence sur le financement à laquelle la CFTC participe et contribue activement.

La CFTC prend bonne note des évolutions apportées au texte par le gouvernement.

Certains des amendements reprennent ses propositions. Par exemple, l’ouverture de la retraite progressive abaissée de 62 à 60 ans ; l’amélioration de la prise en compte de la pénibilité pour les salariés exposés à plusieurs risques (polyexposition) ; l’attribution d’office à la mère de 2,5% de majoration de pension accordés pour chaque enfant, les 2,5% restants étant également attribués à la mère à défaut d’entente entre les parents.

Pour autant, beaucoup reste à faire pour rendre le texte acceptable

Notamment en matière de reconnaissance de la pénibilité et de prise en compte des carrières longues. La CFTC ne saura au final accepter un texte qui conduirait à pénaliser les carrières les plus précaires, les agents des 3 fonctions publiques dont les pensions pourraient être fragilisées et contraindre, plus globalement, certains travailleurs à devoir travailler plus longtemps que d’autres pour atteindre un niveau digne de pension.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.