Réforme de la formation professionnelle : la CFTC s’engage

Aux cotés de sept autres organisations de salariés et d’employeurs*, la CFTC s’engage à contribuer à la mise en œuvre opérationnelle de la réforme de la formation professionnelle.

Bien que de nombreuses dispositions soient contraires à l’esprit de l’ANI signé le 22 février 2018, la CFTC, comme les autres signataires, considère que certaines dispositions contiennent les innovations qui sont le fruit du travail, des pratiques et des propositions des partenaires sociaux.

Le positif …

Les partenaires sociaux, que sont les organisations de salariés et d’employeurs, s’inscrivent dans une dynamique visant à apporter leur expertise et leur expérience terrain sur des problématiques et enjeux essentiels. Sécuriser les parcours des actifs et la compétitivité des entreprises, accompagner les transitions professionnelles, analyser les besoins en qualifications et en compétences du marché du travail, développer l’alternance, et notamment l’apprentissage, adapter les certifications professionnelles au regard des mutations du travail constituent autant de ces enjeux essentiels.

… et ce qui l’est nettement moins

La CFTC, et les autres signataires, souhaitent également mettre en place un système de gouvernance de l’emploi et de la formation professionnelle permettant de garantir la qualité des politiques publiques et paritaires de développement des compétences, des certifications et des qualifications aux niveaux national et territorial, leur suivi et leur évaluation. Il est donc regrettable de constater que les projets de décrets ne tiennent pas tous compte, à ce stade, de certaines de nos principales préoccupations.

*CFTC, CFDT, CGT, FO, CFE-CGC, Medef, CPME, Union des entreprises de proximité (U2P).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.