PLAN DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ : les Hauts-de France en première ligne.

La question concerne directement la CFTC dans nos territoires : les habitants des Hauts-de-France largement touchés par le chômage et la pauvreté, y compris pour nombre de salariés dont les revenus sont insuffisants pour répondre aux besoins de la vie courante et créer les conditions d’un avenir décent à leur famille.

Aussi, la CFTC accueille favorablement la logique d’action du gouvernement. Elle reste toutefois vigilante sur la mise en place de certaines mesures. Elle prend en compte les parcours de vie en enclenchant l’action dès la petite enfance, par la détection des inégalités de destin, et s’appuie sur la formation pour permettre au plus démunis de sortir de spirale de la pauvreté.

La CFTC salue également la mise en place de mesures actives et incitatives de retour vers l’emploi en faveur des bénéficiaires du RSA, tel que le droit à l’accompagnement ou la création d’un service public de l’insertion. Ce dernier permettra de mieux accompagner les individus et de valoriser les métiers de l’insertion et de l’accompagnement. Cet accompagnement doit aussi servir à renforcer l’orientation vers les formations les plus adaptés, tant à l’individu qu’aux besoins de la société.

La CFTC se retrouve dans l’esprit et la cohérence des mesures annoncées qui font des jeunes la cible prioritaire.

Pour autant, les retraités ne doivent pas être oubliés alors mêmes qu’ils représentent près de 12% des pauvres !

De même, le logement et le transport qui constitue de facteurs clés de l’insertion sociale et professionnelle doivent trouver leur place dans le dispositif de lutte contre la pauvreté.

Sur le revenu universel d’activité (RUA), la CFTC, porteuse d’un projet de revenu contributif d’activité, attend des précisions :

  • Quel sens concret le gouvernement entend-t-il donner au « contrat d’engagement et de responsabilité réciproque » ainsi que sur la notion d’activité.
  • La CFTC défend sur ce point une approche élargie de l’activité qui prendrait en compte l’apport sociétal (bénévolat, aidants, parents au foyer…).
  • Dans le même temps, la CFTC est favorable à la simplification de l’accès aux minima sociaux, devenu complexe et trop souvent inefficace.
  • Des précisions sur les prestations visées par la fusion ainsi que sur les niveaux de revenus concernés par le RUA afin de mesurer les conséquences sur un public plus large d’un éventuel effet de seuil (exemple des APL).

La CFTC salue donc les intentions du gouvernement.

  • Elle reste attentive tant au respect des engagements pris qu’à la faisabilité de ceux-ci.
  • A cette fin, elle prendra toute sa place dans les concertations à venir pour améliorer les pistes avancées par le Président de la République.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.