MORT ANNONCÉE DU FONGECIF !

La loi dite « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » * adoptée en août est sans ambiguïté sur la disparition du FONGECIF et du CIF en tant que tel.

Au 1er janvier 201,9, les CPIR endosseront des missions qui présentent des similitudes avec celles exercées ultérieurement par les FONGECIF. Toutefois, leur champ d’intervention sera quelque peu modifié et potentiellement élargi.

Une information donnée par la ministre interpelle la CFTC. Il dit que le travail « en proximité » permettra de ne pas obligatoirement recourir au Conseil en Evolution Professionnelle ». Pour la CFTC, c’est là que le bât blesse. Cela met à mal l’obligation du recours gratuit au CEP, mesure phare dans l’ANI du 22 février 2018.

Le débat parlementaire a quelque peu changé la donne et amélioré le texte avec les amendements portés par Maxime DUMONT, chef de file confédéral CFTC. Un espoir subsiste pour ces structures régionales. L’expérience et donc les compétences des partenaires sociaux étant reconnues (quand même) par la ministre.
Au delà de cette affirmation, nous ne savons toujours pas (les décrets d’application ne sont pas sortis) quelle sera la place réelle et le rôle que joueront les partenaires sociaux.
Pour autant, la CFTC veut des garanties et, demande à faire partie du comité d’écriture des décrets d’applications pour écrire paritairement ce qui doit être géré paritairement.

L’important dans cette « révolution » – soyons plus réaliste- cette évolution de favoriser l’employabilité des salariés au travers des mutations qui traversent le paysage de l’emploi.
A son niveau, l’Union Régionale CFTC Hauts-de-France y sera particulièrement vigilant.

Fiche Pratique à télécharger

YMB

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.