CASTORAMA : non au buz sur le dos des salariés menacés de perdre leur emploi !

Le dialogue franc avec la direction est plus utile que les effets médiatiques

  • Lors de la réunion du CCE du 28 février, les élus et les représentants syndicaux ont questionné sur les justifications économiques, la réorganisation et ses conséquences sociales.
  • Cependant, contrairement à ce que peuvent affirmer certains médias, le déroulement de la mise en place du centre de service partagé et de la formation des salariés polonais de ce centre n’a pas​ été abordé …
  • … pourtant, la presse a repris une information, ” témoignages et extrait à l’appui… “, suggérant que les comptables du siège devraient former leurs homologues polonais … !

 

Les faits démentent le buz médiatique

  • La page 89 du livre II (raisons économiques) qui traite du déroulement de la mise en place du centre de service partagé n’implique pas que​ des salariés français qui perdront leur emploi devront former leurs futurs remplaçants Polonais !!!
  • ​Clairement, la CFTC estime que ce point constitue une ligne rouge qui ne doit pas être franchie.

 

La CFTC met la direction face à ses responsabilités

  • D’ailleurs, le directeur de la Direction Administrative et Comptable (DAC), a affirmé qu’il n’est absolument pas question que ceux-ci forment leurs remplaçants polonais. Il répondait aux interrogations de Jean Michel FRUIT, délégué syndical central CFTC (DSC), lors du CHSCT National du 1er mars consacré au PSE. Sur la demande du DSC CFTC Castorama, une communication était effectuée auprès des salariés par la direction dans l’heure qui suivait.
  • Dans des périodes difficiles comme celle que vivent actuellement les salariés, il est responsable de la part de la CFTC d’interroger la direction en CCE devant les élus, sachant qu’un procès-verbal est établi à la suite. Cela engage la direction et c’est plus utile que le sensationnalisme de la presse …

 

La CFTC privilégie le travail de fond au profit des salariés

  • Ceci étant, la section CFTC Castorama ne partage pas tous les choix de l’équipe dirigeante de l’entreprise et reste vigilante sur l’ensemble du dossier. Notamment sur la réorganisation en cours et la prévention des risques psychosociaux susceptibles d’en découler en raison de potentielles dégradations des conditions de travail, de dérives managériales et de tentatives de pression sur les salariés impactés.

 

L’action de la CFTC porte la parole des salariés

  • De même, la délégation CFTC à la négociation du PSE participe activement à la construction du Plan de Sauvegarde de l’Emploi en y intégrant les demandes et remarques des salariés visés par cette restructuration.

 

Contact :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.